En partenariat avec l’Institut Français d’Alger et la Biennale de Design d’Alger : Réinventer la ville par le design

En français il existe deux mots pour caractériser l’espace urbain : la ville et la cité. La ville correspond à une zone d’urbanisation. La cité, elle, revêt une définition bien plus large qu’une simple ville. Le terme cité induit à l’origine un lieu de pouvoir politique, une dimension patrimoniale en d’autres termes, le mot “cité” inclut le citoyen - dont la racine étymologique en découle. La cité va donc plus loin que la ville en matière d’inclusion, elle induit une notion sociale, sociétale et bien entendu citoyenne.

Cette place est construite comme un écosystème, s’y concentrent des femmes, des hommes, des enjeux, un environnement, des freins, des clivages, des opportunités, des besoins…

Ces populations font de la cité un lieu de vie à part entière, nous vivons dans des habitats de plus en plus réduits ce qui nous pousse à lui donner cette dimension. Des réseaux de transports de plus en plus denses, une acception écologique de plus en plus prégnante, un monde hyper connecté et la rapidité d’action rendus accessibles par tous ces aspects, font évoluer la cité vers une complexité qui n’a pas de précédent.

La logique territoriale a été abandonnée pour être remplacée par une logique de réseaux. Des territoires se développent, les implantations d’entreprises évoluent et par là même les échanges économiques, ce que nous mangeons, nos mécanismes d’achat, nos modes de communication… qui dépendent désormais de l’ancrage de nos usages dans un réseau complexe qui oublie totalement la logique de proximité géographique par exemple.

L’économie de marché a poussé les grands distributeurs à acheter des produits toujours plus loin - puisque moins chers - et cela bien souvent sans éthique. Ces évolutions ont modifié le rapport au temps et à la distance, ce qui a façonné les villes; Un exemple est représentatif de ce constat : Los Angeles, une ville construite pour l’utilisation des voitures, donc très étendue est devenue un modèle archaïque. 

Les mentalités changent ! L’acceptation de l’économie telle qu’elle est ne fait plus l’unanimité ; un retour à des valeurs plus éthiques d’une part et plus consensuelles d’autre part, semble sans conteste attendu. Le citoyen redevient partie prenante de la cité et cherche à la reconstruire à son image, à la rendre plus vivable et viable.

Des valeurs d’antan reviennent, il est de bon ton de partager le savoir, d’apprendre de ses pairs et de ses aînés, de consommer mieux et moins. On adapte la cité à des enjeux mondiaux d’avenir, la prise de conscience récente de l’intérêt vital de l’écologie permet une transformation rapide. La ville de demain s’invente aujourd’hui et les enjeux auxquels nous devons répondre pour préserver nos modes de vie seront favorisés par une co-construction ouverte, incluant tous les acteurs et y compris les citoyens, ce qui permettra l’émergence de solutions innovantes, éthiques et durables.

Anne-Marie Sargueil
Curator des concours de photos EXPLORE OUTSIDE THE BOX